Cette année, notre épreuve est marrainée par Corinne ROUSSEL qui participera au format 6 heures pour la cinquième fois. Cette professeure des écoles, adepte des escaliers lyonnais (elle participe depuis plusieurs années au LYON URBAN TRAIL) a trouvé son bonheur sur la boucle. Ce format atypique lui convient à merveille et ses trois podiums consécutifs le confirment (elle monte sur la plus haute marche en 2017). Gageons qu’elle sera encore sur le podium en 2018 malgré une blessure récente au mollet.

« Je m’appelle Corinne ROUSSEL. J’ai 2 enfants de 17 et 20 ans. Cette année je fête mes 48 ans en mai. Je suis originaire de Langeac près du Puy en Velay où je suis née. Je suis professeure des écoles depuis 22 ans dont 10 ans sur Lyon et ses alentours et je suis en charge d’une classe de CE2 sur Orléat (où j’habite), un petit village autour de Clermont-Ferrand.

DES CHAUSSURES DE VILLE AUX BASKETS « HAUTES EN COULEURS »

J‘ai commencé la course et plus largement le sport en 2006. Je n’avais même pas une paire de baskets à la maison ! Cela fait donc 12 ans que j’ai commencé la course à pied non pas sur un coup de tête mais surtout pour me prouver que j’étais capable de faire ce que je demandais à mes élèves…

Lors d’un cross organisé, mes élèves devait faire le tour d’un petit étang. Le soir, des collègues ont proposé que les enseignants fassent le même parcours. Je m’y suis donc collée mais impossible pour moi d’arriver à boucler le tour en courant. Prise d’une déception énorme de ne pas être capable de faire ce que je demandais à mes CM2 de l’époque, je décidais alors de m’inscrire dans une salle de sport non loin de chez moi.

Je débutais par 8′ de vélo elliptique… dur !! Mes pieds chauffaient. Les semaines suivantes j’y suis retournée et je m’obligeais à faire 2′ de plus chaque semaine pour enfin arriver à tenir 1h. Parallèlement je me suis mise à courir autour de chez moi pour faire mes premiers 10 km sur la corrida de Clermont Ferrand en 2007. Depuis j’ai troqué mes chaussures de ville contre des baskets (hautes en couleurs) comme je les aime …

Je pratique également le fitness et le Step dans une salle de sport.

MES ÉPREUVES PRÉFÉRÉES ET MES PROJETS 2018

  • le TRAIL DE VULCAIN en mars auquel je dois renoncer à regrets cette année suite à une méchante déchirure au mollet
  • le LYON URBAN TRAIL en avril auquel je participe depuis de nombreuses années sur le format 36 km (décidément je crois que j’aime les escaliers !)
  • l’ULTRA BOUCLE DE LA SARRA 6h solo en mai (déjà 4 participations) : 5ème en 2014, 2ème en 2015, 2ème en 2016 et 1ère en 2017.
  • l’ULTRA DU GRAND TRAIL DU ST-JACQUES en juin.
    Je suis d’ailleurs la seule féminine à avoir couru toutes les éditions depuis sa création en 2012 ! C’est un parcours qui arrive dans ma ville natale donc incontournable pour moi (2ème en 2016 sur 103 km, 6ème en 2017).

L’UBS 2017 a été pour moi une édition sans commune mesure quant à l’ambiance sur le terrain avec les coureurs du format 24h et les souvenirs de l’édition 2016 qui n’avaient pas été très bons pour moi d’un point de vue sportif avec de gros coups de mous. Mais l’ambiance est telle qu’on ne peut que s’accrocher sur ce parcours atypique. Je décidais donc de faire ma prépa pour l’ultra saint Jacques 3 semaines plus tard et je ne voulais pas forcer. Pourtant, tout se passait mieux que je ne l’espérais. Je tentais également le meilleur chrono sur la boucle que je réussissais cette année. Pour couronner le tout, être sur la boîte… Waouh quel honneur ! Pour quelqu’un qui n’avait jamais été « number one ».

L’ULTRA BOUCLE : « UNE COURSE A LA CON MAIS QUEL PIED ! »

J’ai connu L’Ultra boucle par une amie lyonnaise et je me suis dit pourquoi ne pas tenter un 6h (ce que ne n’avais jamais fait jusque là). Et c’est parti pour ma première participation sur l’édition de 2014.
Je n’avais jamais connu cela auparavant: une ambiance de dingue sur le tapis rouge en passant sous l’arche avec les hourras des relais, les watts de la sono, les lumières qui fusent, les encouragements de chacun, les checks dans les mains des accompagnateurs, les papoteries entre filles dans les escaliers (n’est-ce pas Joëlle PONTUS, vaillante coureuse du 1er 24 h !!).
Cette course, je l’affectionne particulièrement de par son ambiance festive, la qualité de l’organisation, l’implication des bénévoles, le parcours tellement original, la date dans le calendrier.

C’est « une course à la con » comme ils disent les LURiens, une course de Hamster, oui !!.. mais quel pied !
J’adore ça ! Le concept ? Tourner en boucle pendant 6h sur un circuit de 2km pour 90D+ en essayant de faire un maximum de boucles en 6h. Un parcours plus qu’original avec la plongée et la vue sur Lyon par la piste de la Sarra (qui fait bien mal aux quadris) et la remontée par les fameux 563 marches d’escaliers de Nicolas de Lange… Aïe mes cuissots !
Dans le cadre de ma préparation, cette course est parfaite car elle me permet de faire une longue sortie avant l’Ultra du Trail de Saint-Jacques (que je tente pour la 3eme fois cette année) en juin.

En quelques mots : tentez l’aventure UBS, repoussez vos limites, ayez confiance en vos cuissots, appréciez chaque marche en étant fier d’être là où certains préféreraient être et souriez ! UBS ne signifierait pas : « Un Beau Sourire pour Un Beau Sport » ? Si, certainement !

On aura certainement l’occasion de faire quelques tours ensemble et d’échanger quelques mots le 26 mai prochain, je vous y attends ! »

Corinne ROUSSEL

Share This